Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Vianne 18 juin Réunion Publique

11 juin 2024- StopLGV47/LGVnonmerci/TgvenAlbret

Venez nombreux !!!

Vianne 16 juni 2024

 

Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »

2 juin 2024 -Sud Ouest

Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »

De gauche à droite : les députés Loïc Prud’homme, Sophie Mette, Nicolas Thierry et la maire de Saint-Selve Nathalie Burtin-Dauzan.© Crédit photo : A. D.

Un groupe d’élus anti-LGV de tous bords politiques demande au préfet d’organiser une consultation citoyenne à l’échelle des deux régions. « Ce projet ne doit pas passer en force pour éviter l’escalade de la violence », préviennent-ils

 

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans, commune symbolique du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). Le village sud-girondin fait le trait d’union entre les AFSB (aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux) et la LGV (ligne à grande vitesse) Bordeaux-Toulouse-Dax. Autour de la table, des maires et des parlementaires de tous bords.

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans.

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans.

Lire la suite : Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »

 

"La LGV Bordeaux-Toulouse-Dax, un sondage façon Poutine ?"

30 mai 2024 - L'air du Sud

TRIBUNE LIBRE - Le vice-président du Collectif des associations de défense de l’environnement du Pays Basque et du sud des Landes estime que les citoyens ne sont pas suffisamment informés lors des sondages d’opinion sur le Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest.

Le sondage Odoxa commandé par SNCF Réseau est annoncé comme un véritable plébiscite pour les deux premières étapes du Grand projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO).
On apprend ainsi que le projet serait “positif pour l’environnement parce qu’il permettra de limiter les trajets en voiture et en avion pour favoriser ceux en train, et évitera les flux de camions sur les routes. Il fera gagner du temps aux habitants sur leurs trajets du quotidien et rapprochera les villes du Sud-Ouest du reste du pays et de l’Espagne. Il aura un impact économique majeur en favorisant les échanges entre la France et l’Espagne, améliorant l’accès à l’emploi pour les habitants et attirant les entreprises dans ces territoires”. Cette ligne pourrait avoir un impact positif sur le tourisme.
Quelles informations ont été données aux sondés ? Le projet est “décrit très sommairement et objectivement”, répond Odoxa sans plus de précisions. Les personnes interrogées ont-elles été informées du coût de l’infrastructure : 14 milliards d’euros soit 37,3 millions d’euros le kilomètre et 186,5 millions d’euros pour gagner une minute ? Des retombées sur les finances des collectivités locales qui s’endettent pendant 40 ans pour financer 40% du projet ?Avant d’affirmer que le GPSO sera “positif pour l’environnement”, leur a-t-on décrit le saccage programmé de Bordeaux à Toulouse et à l’Espagne ? Une emprise de 6300 hectares dont 1500 hectares de terres agricoles, 3300 hectares de forêts, 370 hectares de zones humi-des, 90 plans d’eau. Des compensations très élevées estimées de 1000 à 1750 hectares. Autant pour la seule section Dax-Espagne. Un enjeu majeur sur l’eau sur l’intégralité du GPSO : 790 ouvrages de franchissement de cours d’eau et zones humides : 315 viaducs et ponts cadres, 120 bassins d’écrêtement. Un fuseau traversant de nombreux milieux aquatiques : système hydrographique des grands cours d’eau, marais, eaux souterraines, périmètres de captage des nappes aquifères. Des données qui font réfléchir…Le sondeur ne donne aucun gain de temps entre Bordeaux et Dax. Il serait de 20 minutes avec un temps de trajet actuel de 1h20 alors qu’il était de 1h04 en 2006 (débat public). Étrange que le temps de trajet soit plus important aujourd’hui alors que la ligne actuelle a été réaménagée ! Il se garde bien de dire qu’il serait nul avec une ligne actuelle rénovée.On demande benoîtement “si un tel projet réduira le flux des camions sur les routes”, alors que la construction de 2700 kilomètres de LGV en France n’a pas permis d’enrayer le phénoménal déclin du fret ferroviaire. Comme le souligne Yves Crozet, éminent spécialiste des transports à propos des LGV : “Si cela suffisait à dynamiser le fret ferroviaire, cela se saurait”.
De la même façon, on leur demande s’ils pensent que le projet “attirera des entreprises pour développer l’économie des territoires concernés”, alors que cela ne repose sur aucun fondement scientifique comme l’ont démontré les experts (Delaplace, Bazin, Offner, Klein, Fachinetti). Ainsi Yves Crozet rappelle : “Plus que de la création d’activités nouvelles, on assiste à de la relocalisation d’activités existantes”.
Quant à l’impact sur le tourisme, toutes les études concluent : “La liaison entre desserte TGV et développement du tourisme doit être relativisée”. Mais qui en informe nos concitoyens ?Ne pas informer objectivement les citoyens avant de solliciter leur avis sur un sujet, c’est les priver de toute réflexion critique avant de recueillir leur avis. En agissant de la sorte, le sondage produit l’opinion plus qu’il ne la mesure. De tels procédés bafouent nos démocraties car ils sont utilisés par les autocrates comme Poutine.
Déjà en 2010, Réseau ferré de France (RFF) avait fait appel à l’Ifop pour réaliser un sondage similaire. RFF claironnait alors : 89% des Aquitains sont favorables au GPSO. Sur les 809 personnes interrogées, 600 (64% des sondés) déclaraient ne pas connaître le dossier, voire même la problématique générale. Sur les 209 personnes restantes, 45%, déclarant connaître le GPSO, pensaient qu’il s’agit de moderniser les lignes existantes et 36% étaient persuadés qu’il s’agit d’améliorer le réseau ferroviaire sur certaines zones peu ou mal desservies ! Malgré ces réserves l’Ifop et RFF affirmaient que neuf Aquitains sur dix plébiscitaient le GPSO. Des résultats en totale contradiction avec les nombreux sondages ponctuels réalisés par le quotidien Sud Ouest sur le même sujet.
Messieurs les promoteurs du projet GPSO, acceptez les règles d’un débat démocratique en délivrant vos arguments mais en acceptant aussi de faire figurer ceux des opposants. Alors les citoyens pourront user de leur esprit critique et donner librement leur opinion en toute connaissance de cause. Vous préférez vous livrer à ce type de mascarades, c’est votre choix. Il ne vous grandit pas. Messieurs les promoteurs du projet, acceptez le jeu."

https://www.mediabask.eus/eu/info_mbsk/20240420/la-lgv-bordeaux-toulouse-dax-un-sondage-facon-poutine?fbclid=IwZXh0bgNhZW0CMTEAAR2fONIJblCpACu12P2BO8F0AHEwWELZevZXlSfI0_ac5lKjVOph5iw9clk_aem_ZmFrZWR1bW15MTZieXRlcw

Petrus Valdus

   

LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »

26 mai 2024 - Sud Ouest

NdlR TGV en Albret : ....... toujours pas compris Mme Delga et Mr Rousset ? .....

LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »

La Sarabande est arrivée à Casteljaloux, où les élus Julie Castillo et Raymond Girardi ont pris la parole.© Crédit photo : Ch. M

Les collectifs d’opposants au GPSO sont réunis pour deux jours entre les Landes de Gascogne et l’Albret, où passe la deuxième édition de Sarabande, mobilisation itinérante et festive

 
 

Casteljaloux, Pindères, Pompogne, Fargues, Montgaillard, via le Placiot, et enfin Vianne, la dernière étape, avec une prévision de franchissement de la ligne d’arrivée sur l’ancienne voie ferrée, ce dimanche 26 mai, à 14 h 30. La Sarabande, deuxième du nom, le convoi contre les LGV dans le sud-ouest, sillonne les Landes de Gascogne et l’Albret, ce week-end. Entre les étapes de cette caravane festive, véritable éloge de la lenteur, des animations, de la musique, des jeux et, surtout, des prises de parole et des échanges.

Si, depuis le début de la lutte, en 2003, les arguments restent les mêmes, ils sont toujours autant aiguisés par le rémouleur de service, Alain Rousset, dont les commentaires laudateurs, tout autant que les conclusions tiréesd’un sondage SNCF Réseau/Odoxa publié ce 24 mai sur la LGV, ont provoqué quelques railleries. Surtout ici, dans le périmètre de Casteljaloux, où cette Sarabande, organisée par Stop LGV 47 et la coordination LGV non merci, a posé son premier pied lot-et-garonnais, samedi. Ici encore, où est née l’opposition, dans le sillage d’une poignée d’élus et l’association ALTernative LGV, toujours incarnée par les silhouettes de maires comme Raymond Girardi et Michel Ponthoreau.

NDDL

« Aucune LGV n’est rentable. Là, on va dépenser des milliards, 14, pour gagner quelques minutes. On va impacter 4 830 hectares de nature alors que nous, maires, on nous contraint avec le Zéro artificialisation nette. Cette ligne va couper mon village en deux », explique le second. Chez son homologue de Pindères, l’entaille est toute aussi profonde. « 80 hectares, 7 km, deux maisons détruites, des belles landaises, et six impactées », livre Michel Darrouman.

Pour ce rassemblement, l’opposition est arrivée en renfort de la Gironde voisine. « Bordeaux vers Toulouse et Dax, c’est un dossier vieux de trente ans. À cet âge, il ne peut plus être dans le vent. Ce que nous voulons ? C’est que la LGV ne passe pas », rappelle, comme une évidence, Pauline de LGV Nina. « Ce projet avait été mis en sommeil. Il a été réveillé par Jean Castex, alors premier ministre, ce grand idéologue du progrès et de la vitesse. Nous n’en voulons pas et nous nous mobilisons pour que le pouvoir politique y renonce, comme pour l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes », complète Sébastien, un des responsables du collectif Stop LGV 47.

Juste cause

Lire la suite : LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »

 

Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : c’est l’Europe qui arbitrera

24 mai 2024 -Sud Ouest

Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : c’est l’Europe qui arbitrera

En juin dernier, Bruxelles a classé la LGV Bordeaux/Toulouse/Dax parmi les projets éligibles au financement européen.© Crédit photo : Archives Philippe Lopez/AFP

Bruxelles doit financer la ligne à grande vitesse Bordeaux/Toulouse/Dax à hauteur de 20 %. Autant dire que la Commission européenne fait l’objet de toutes les attentions des partisans et des opposants du projet

 

Les amateurs de force basque connaissent l’épreuve de« soka tira »,soit en français le tir à la corde. Dans le dossier de la ligne à grande vitesse allant de Bordeaux vers Toulouse et Dax, partisans et opposants ne ménagent aucun effort pour attirer la Commission européenne dans leur camp. Avec 20 % du financement d’un projet aujourd’hui évalué à 14 milliards d’euros, c’est en effet Bruxelles qui détient le droit de vie ou de mort de ce chantier ferroviaire exceptionnel.

L’État, financeur à hauteur de 40 %,a prévenu qu’il ne se substituerait pas à une éventuelle défaillance européenne, et on imagine mal les collectivités locales, sollicitées elles aussi à 40 % et en proie à des restrictions budgétaires, prendre en charge une telle somme. Autant dire que Bruxelles fait l’objet de toutes les attentions… ainsi que Dax.

Encore un peu flou

Lire la suite : Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : c’est l’Europe qui arbitrera

   

Page 1 sur 219

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Dernières nouvelles

Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.