Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Ligne à grande vitesse : le trafic surestimé

 31 octobre 2016 - Sud Ouest

Avec la LGV, Bordeaux serait à 2 h 05 de Paris et, au sud, la continuité du réseau serait possible entre France et Espagne, ce qui présenterait un intérêt notamment pour le fret
Avec la LGV, Bordeaux serait à 2 h 05 de Paris et, au sud, la continuité du réseau serait possible entre France et Espagne, ce qui présenterait un intérêt notamment pour le fret © JEAN-DANIEL CHOPIN


ARTICLE ABONNÉS Le Collectif des associations de défense de l'environnement dénonce un débat faussé par des chiffres gonflés dans d’importantes proportions

Le dossier de la ligne à grande vitesse dans le Sud-Ouest avance cahotant, par soubresauts et polémiques comme récemment devant l'assemblée régionale où il était question de financement. Alors que le secrétaire d'État aux transports, Alain Vidalies, soutient contre vents, marées et enquête publique le projet, ses opposants restent mobilisés. Ils attaquent au Conseil d'État la déclaration d'utilité publique (DUP). Et pointent aujourd'hui des projections de trafic surévaluées entre Dax et la frontière.


Le Cade (Collectif des associations de défense de l'environnement) mène la fronde « au sud ». L'opiniâtreté de ses militants leur permet d'affirmer que l'aménageur SNCF Réseau et tous les tenants de la LGV prophétisent à tort une saturation des lignes actuelles à l'horizon 2020. Or, c'est cette perspective qui justifierait la création de lignes nouvelles plutôt que l'aménagement de l'existant.

14 561 doublons
Documents à l'appui, Victor Pachon remonte le temps jusqu'à la dernière réunion de l'Observatoire du trafic, créé par le préfet de région. « Cette réunion était en 2014. Depuis, c'est en sommeil », souligne le porte-parole du collectif écologiste. Ce jour-là, le Cade s'étonne des différences étonnantes entre les flux observés en gare de Bayonne et Hendaye. « Il ne pouvait s'agir que de trains comptés deux fois. » La Dreal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), qui organise la réunion, doit se rendre au même constat. Elle le signera même dans le compte rendu de la rencontre, page 3 : « Les trains qui arrivent et repartent d'une gare, après un arrêt de quelques minutes, sont malheureusement comptabilisés deux fois dans les calculs. »

Lire la suite : Ligne à grande vitesse : le trafic surestimé

 

LGV : les opposants déposent un nouveau recours et une Question prioritaire de constitutionnalité

15 mars 2024 - Sud Ouest

LGV : les opposants déposent un nouveau recours et une Question prioritaire de constitutionnalité

Les collectifs d’opposants avaient organisé une grande manifestation régionale il y a un an, à Bordeaux.© Crédit photo : Thierry David/SO

À travers cette procédure, les associations adverses contestent notamment le plan de financement et la taxe spéciale d’équipement

Évoqués lors d’une assemblée générale de l’association Très grande vigilance en Albret (TGV) à Feugarolles (47) en novembre dernier, discutés lors d’une réunion interdépartementale de finalisation de cette procédure à Mont-de-Marsan le mois suivant, un nouveau recours et une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) viennent d’être déposés par les opposants au Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO), la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Bordeaux et Toulouse et Bordeaux et Dax.

Dans la mire des adversaires, notamment, la taxe spéciale d’équipement. « Le plan de financement signé en 2022 par 25 collectivités de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie nous apporte des arguments supplémentaires. Le recours portera sur les modifications substantielles apportées au projet depuis la déclaration d’utilité publique de 2016, et plus particulièrement sur le plan de financement, afin de relancer une enquête publique », expose Charles d’Huyvetter, le président de TGV en Albret, dans un courrier adressé aux adhérents.

18 000 euros

« L’objectif de la question prioritaire de constitutionnalité, poursuit-il, est de demander au Conseil constitutionnel si, pour financer le GPSO, un projet national, l’application des taxes locales issues de la loi de finances 2023 est conforme au principe d’égalité devant la loi, garanti par la Constitution ». En frais d’avocat et pour les besoins de cette procédure initiée par des associations de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie, 18 000 euros vont devoir être engagés.

Les diverses contributions financières promises et les actions à venir permettent d’envisager sa réalisation financière. « C’est un obstacle que nous avons fait le choix de surmonter dans l’intérêt des personnes opposées à ce projet inutile, et en continuité de l’avis défavorable de la commission d’enquête publique. Si ces taxes locales sont déclarées inconstitutionnelles, cela annulerait une grande partie du financement attribué à la société GPSO pour lancer ce projet, ce qui remettrait en cause le plan de financement signé en 2022 », veut croire le Lot-et-Garonnais.

 
 
 

Gironde : qui veut encore la LGV ?

27 octobre 2016 - Sud Ouest

 

Les projets d’extension vers le Pays basque espagnol et Toulouse ont du plomb dans l’aile.

Les projets d’extension vers le Pays basque espagnol et Toulouse ont du plomb dans l’aile.©

archives guillaume bonnaud

Les projets au sud de Bordeaux n’ont plus beaucoup de soutiens parmi les élus et encore moins chez les habitants concernés

Alors que la ligne grande vitesse (LGV) entre Paris et Bordeaux qui va mettre la Métropole à deux heures de la capitale se profile avec une ouverture en juillet 2017, les projets de prolongement de cette ligne au sud vers Toulouse et le Pays basque espagnol ont du plomb dans l'aile.

Lundi dernier, un projet de la délibération modificative du Conseil régional pour trouver les fond nécessaires à la poursuite de ce projet de Ligne Grande Vitesse - Grand Projet Ferroviaire du Sud-Ouest (LGV-GPSO) a été retiré par le président de région Alain Rousset, face à l'opposition radicale de ses alliés écologistes.

Lire la suite : Gironde : qui veut encore la LGV ?

   

Pour info : écoutez 47Fm

Vous pouvez télécharger  cette émission ( très intéressante)  ici 

Mardi 19 mars de 18h à 19h, une émission spéciale LGV avec débat entre des membres de la coordination 47  et des partisans du projet Ligne à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse aura lieu sur la chaîne de radio 47FM : 87.7.

Bonne écoute

Charles D’huyvetter

Président de TGV en Albret

 

Dépot d'un recours et une Question Prioritaire de Constitutionalité

14 mars 2024 - TGV en Albret

NdlR TGV en Albret : cliquez sur l'article pour agrandir !

Courrier adhérents TGV Albret 14 mars 2024

 

 

   

Page 10 sur 219

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Dernières nouvelles

Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.