Vous êtes ici : Accueil

TGV en Albret

Manif Cadeaujac suite

 22 avril 2024 - Rue89bordeaux/Sud Ouest

Pour lire l'article dans rue89 bordeaux cliquez : https://rue89bordeaux.com/2024/04/dans-la-joie-et-la-revolte-les-anti-lgv-defilent-a-cadaujac-et-occupent-une-ferme/

L'article dans le Sud-Ouest:

« Ce squat va faire date » : près de Bordeaux, les anti-LGV ont passé leur première nuit entre DJ set et débats passionnés

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : une quarantaine de manifestants squattent une ferme inoccupée pour y passer la nuit

Divers collectifs se sont donné rendez-vous pour poursuivre la mobilisation ce samedi soir. © Crédit photo : Denis Lherm/Sud Ouest

La mobilisation de ce samedi 20 avril à Cadaujac (Gironde), La Grande Vadrouille, se poursuit avec l’occupation « surprise » d’une ferme menacée de destruction

Plusieurs collectifs d’opposants au Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) se sont réunis samedi après-midi à la gare de Cadaujac pour dénoncer la poursuite du projet de Ligne grande vitesse (LGV) Bordeaux - Toulouse et Bordeaux - Dax, à l’appel du collectif LGV Non merci. Environ 300 personnes ont participé à ce rendez-vous.

La mobilisation s’est poursuivie en soirée avec un « rebondissement surprise », comme l’écrivent les organisateurs : la réquisition d’une jolie ferme « menacée de destruction par le projet de LGV afin d’y établir ses quartiers ». Située chemin de l’Esclopey, dans une rue qui longe la voie ferrée, cette grande ferme est actuellement inoccupée. Elle fait l’objet d’une expropriation pour démolition : ici passera la voie ferrée élargie.

Sur place ce samedi soir, une quarantaine de personnes, représentant divers collectifs (anti-LGV mais aussi des groupes investis sur les enjeux écologiques et sociaux) se sont organisées pour passer la nuit dans la bâtisse, « dans une ambiance joyeuse et festive », avec tenue chaude, duvets, casse-croûte, feu de camp dans la cour et DJ Set.

Dimanche, une assemblée générale doit se tenir pour décider de la poursuite de l’action ou non.

 

LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde

21 avril 2024- Sud Ouest

Vidéo. LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde

Le collectif LGV Non merci a défilé de la gare de Cadaujac jusqu’au lac de Calot.© Crédit photo : Jean-Maurice Chacun/SO

Plusieurs collectifs d’opposants au Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO) se sont réunis à la gare SNCF de Cadaujac ce samedi. Ils espèrent toujours faire reculer les pouvoirs publics en dénonçant un non-sens écologique et financier

Le projet est déjà bien lancé.Mais pour eux, la lutte n’est pas encore perdue. Près de 300 personnes étaient réunies ce samedi 20 avril, à 14 heures, à la gare de Cadaujac, près de Bordeaux, pour manifester contre la Ligne grande vitesse (LGV) Bordeaux - Toulouse et Bordeaux - Dax, à l’appel du collectif LGV Non merci, qui regroupe une vingtaine de collectifs locaux. Elles ont montré leur opposition de manière festive, avec des masques colorés, de la musique et une marche de 2 kilomètres le long de la ligne ferroviaire de la gare jusqu’au lac de Calot, s’arrêtant en chemin devant d’anciennes maisons détruites pour le projet.

Elles espèrent faire reculer les pouvoirs publics avec, en ligne de mire, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie, et SNCF Réseau, qui défendent ce Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO). Ces derniers misent sur la LGV pour désenclaver les territoires, réduire le trafic routier, notamment celui des camions sur l’autoroute avec le développement du fret, et favoriser des déplacements plus rapides.

Les manifestants ont brandi des pancartes et symbolisé la destruction écologique par une tortue.

Les manifestants ont brandi des pancartes et symbolisé la destruction écologique par une tortue.

Jean-Maurice Chacun/SO

Lire la suite : LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax : près de 300 personnes mobilisées contre le projet en Sud-Gironde

 

"Les impacts de la LGV Bordeaux-Paris peuvent être positifs comme négatifs"

17 décembre 2016 - Yahoo.com (article à l'origine publié par La Tribune)

NdlR- TGV-Albret :Curieusement, cet article à l’origine publié par La Tribune a disparu et la « page est indisponible ». Les informations contenues dérangeraient-elles certains Bordelais, entre autres ? Les mérites vantés de la LGV Paris-Bordeaux cacheraient-ils anguille(s) sous roche ?

Ci-dessous la partie qui est visible chez Yahoo.com:

A six mois du lancement de la ligne à grande vitesse Bordeaux - Paris via Tours, comment jugez-vous la situation bordelaise ?

"Le problème de Bordeaux, ce n'est pas sa très forte attractivité résidentielle, c'est bien son attractivité économique qui n'atteint pas le même dynamisme. On sait bien que l'emploi, notamment celui du conjoint pour les familles nouvellement arrivées, n'est pas au même niveau, même si la situation s'améliore. Il existe un vrai décalage entre ces deux sujets, rendant Bordeaux similaire à un mirage économique, un château de sable. La tentation est de croire que l'arrivée de la LGV va tout changer, mais il n'est pas sûr qu'elle ait des effets très nets."

Vous dites que rien n'est certain ?

"En matière d'économie, il n'y a aucun automatisme. Nantes a bénéficié d'effets positifs avec la délocalisation depuis Paris d'activités dites de back office, ce qui a permis le développement de l'emploi tertiaire intermédiaire. Mais les impacts peuvent être positifs comme négatifs. L'enclavement a parfois du bon : il n'est pas exclu par exemple que des activités à très haute valeur ajoutée, des emplois de cadres de haut niveau partent à Paris. Avec la capitale française à deux heures de Bordeaux, certains entrepreneurs, cadres, consultants, enseignants... vont faire le calcul et se dire qu'ils n'ont plus réellement besoin de vivre en région bordelaise. Paris, c'est là que l'info circule, que le business a lieu, que les perspectives de carrière se font. Il sera toujours possible de revenir facilement à Bordeaux dès que nécessaire."

Le désenclavement ferroviaire peut malgré tout avoir des effets positifs ?

"Bien sûr. On peut ainsi espérer un « désenclavement », justement, des milieux professionnels bordelais, assez réputés

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr

 

   

Argent public : des gares inutiles ?

14 décembre 2016 - FranceTV ( JT France 2 du 13 déc 2016)

La Cour des comptes condamne les gares hors centre-ville et parle de gâchis de l’argent public… Encore un pavé dans la mare de Dionis avec « sa » gare à Sainte-Colombe

Cliquez le lien suivant :

http://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/argent-public-des-gares-inutiles_1967647.html

Des gares quasiment vides, loin des centres-ville, posées en plein milieu des champs, et qui ont coûté plusieurs millions d'euros. En France, les exemples de gares TGV excentrées sont nombreux, la Cour des comptes parle de gâchis. Et pourtant les constructions continuent. À 20 minutes de Montpellier (Hérault), une nouvelle gare, la Mogère, sort de terre. Coût de ce chantier gigantesque : 142,7 millions d'euros.

Quatre TGV par jour

Lire la suite : Argent public : des gares inutiles ?

 

Sur le même sujet Manifestation Cadaujac

21 avril 2024 - France3/Le Parisien/Sud Ouest

Cliquez : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/lgv-bordeaux-toulouse-c-est-un-deni-de-democratie-des-centaines-de-manifestants-protestent-contre-le-projet-a-14-milliards-d-euros-2958593.html

Cliquez : https://www.leparisien.fr/gironde-33/manifestation-contre-le-projet-de-lgv-bordeaux-toulouse-et-bordeaux-dax-le-combat-nest-pas-fini-20-04-2024-ALEOXLSEBZDRVPSPYHRND7NDIQ.php

Cliquez : https://www.sudouest.fr/economie/lgv/lgv-bordeaux-toulouse-et-bordeaux-dax-une-quarantaine-de-manifestants-squattent-une-ferme-inoccupee-pour-y-passer-la-nuit-19412742.php

   

Page 5 sur 219

«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Dernières nouvelles

Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.