Vous êtes ici : Accueil Actualités La presse en parle Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »

Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »
Envoyer Imprimer PDF

2 juin 2024 -Sud Ouest

Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »

De gauche à droite : les députés Loïc Prud’homme, Sophie Mette, Nicolas Thierry et la maire de Saint-Selve Nathalie Burtin-Dauzan.© Crédit photo : A. D.

Un groupe d’élus anti-LGV de tous bords politiques demande au préfet d’organiser une consultation citoyenne à l’échelle des deux régions. « Ce projet ne doit pas passer en force pour éviter l’escalade de la violence », préviennent-ils

 

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans, commune symbolique du Grand Projet ferroviaire du Sud-Ouest (GPSO). Le village sud-girondin fait le trait d’union entre les AFSB (aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux) et la LGV (ligne à grande vitesse) Bordeaux-Toulouse-Dax. Autour de la table, des maires et des parlementaires de tous bords.

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans.

Un groupe d’élus anti-LGV de Gironde a tenu une conférence de presse vendredi 31 mai à Saint-Médard-d’Eyrans.

Preuve que le dossier fédère au-delà des clans : cinq des six sénateurs et trois des douze députés du département mènent la fronde face aux promoteurs des nouvelles LGV que sont Alain Rousset à Bordeaux et Carole Delga à Toulouse. De gauche à droite : l’insoumis Loïc Prud’homme, les socialistes Laurence Harribey et Hervé Gillé, les écologistes Monique de Marco et Nicolas Thierry, la centriste radicale Nathalie Delattre et la républicaine Florence Lassarade. Les élus se défendent de tout opportunisme politique : « Le corps électoral est situé dans tout le département. Les élus locaux qui sont situés sur le tracé en Sud-Gironde ne représentent que 10 % des électeurs », balaient les sénatrices Harribey et Lassarade.

Le débat patine

Le maire de Saint-Médard-d’Eyrans retourne l’argument : « Comment la Région peut-elle participer à un projet d’au moins 14 milliards d’euros alorsqu’elle n’arrive pas à financer un lycée sur le territoire de Montesquieu ? » tacle Christian Tamarelle. Les arguments anti-GPSO fusent. Les mêmes brandis depuis plus de dix ans : « chiffres trafiqués », « opération de destruction massive », « mirage du fret ferroviaire », « coût largement sous-évalué », « budget insincère », « iniquité du financement », « menace sur la vallée du Ciron », etc. Pas de quoi empêcher les pro-LGV de dormir. Ces derniers brandissent un sondageavec 86 % d’opinions favorables pour la LGV.

La maire de Bernos-Beaulac Jacqueline Lartigue-Renouil et le maire de Saint-Médard-d’Eyrans Christian Tamarelle.

La maire de Bernos-Beaulac Jacqueline Lartigue-Renouil et le maire de Saint-Médard-d’Eyrans Christian Tamarelle.

La bataille des arguments bégaye depuis trop longtemps. Au final, seule une personne sur cinq connaît précisément ce projet selon le sondage commandé par SNCF Réseau. Le député vert Nicolas Thierry admet cet échec : « Cette guerre des chiffres est devenue illisible. Les sondages sont orientés. Le débat fracture les habitants de la région. »

Le parlementaire propose un référendum d’initiative citoyenne. Il demande aux préfets de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie d’organiser une consultation « au moins à l’échelle des deux régions » : « Les habitants des 2 300 communes soumises à la taxe spéciale d’équipement doivent pouvoir s’exprimer. » Quid des autres contribuables français qui mettront également la main à la poche ? « Il faudra bien définir le périmètre de ce référendum. Mais il faut aller vite », exhorte le député de la 2ecirconscription de Gironde

« Les citoyens doivent voter »

L’élu bordelais propose que la Commission nationale du débat public (CNDP), autorité administrative indépendante, se charge de préparer un débat serein. Pourquoi l’État accepterait de lancer une telle procédure alors que presque toutes les étapes administratives sont dans le rétroviseur ? « Pour éviter l’escalade de la violence », répond Nicolas Thierry avant d’ajouter : « Les Français votent pour ou contre les trottinettes électriques. Pourquoi ne pourraient-ils pas le faire au sujet du plus gros projet ferroviaire européen ? La LGV ne peut pas passer en force. » Les parlementaires citentl’exemple du référendum sur l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes.

Les sénatrices Monique de Marco et Laurence Harribey.

Les sénatrices Monique de Marco et Laurence Harribey.

« Si les citoyens votent en faveur du GPSO, nous nous engageons à respecter le verdict des urnes », promettent les anti-LGV en tapant à la porte de l’État : « Je ne vois pas d’argument solide qui justifierait de refuser ce référendum local. Sinon la peur de le perdre. » Le groupe des élus anti-LGV va officialiser cette demande par courrier dans les prochains jours.

« Pas de violence »

Les parlementaires et les maires ont rappelé leur position : « Nous sommes contre les actions illégales et la violence. Personne ne veut qu’une ZAD s’installe sur le territoire », insistent Nathalie Delattre et Sophie Mette. La maire de Bernos-Beaulac met en garde : « Nous avons le sentiment d’être méprisés. La situation peut vite dégénérer sur le terrain. Certains de mes administrés me disent qu’ils vont faire parler la poudre si la LGV se fait. Je ne pourrai rien faire contre ça. J’ai peur. »
 
 
 

Dernières nouvelles




La LGV GPSO toujours au coeur des préoccupations


Nouvelle don ferroviaire pour Bordeaux-Dax


LGV Bordeaux – Toulouse : un chantier bloqué par des opposants


Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse-Dax : le collectif d’opposants demande la prolongation d’une enquête publique


LGV en Gironde : une poignée de riverains devraient se voir indemnisés pour les nuisances sonores et visuelles


L’association « TGV en Albret » - Très Grande Vigilance en Albret - et le collectif Stoplgv47 ont rassemblé plus de cinquante personnes lors de la réunion publique du mardi 18 juin à Vianne.


L'enquête publique reportée pour la troisième voie ferrée au sud de Bordeaux


LGV Bordeaux-Toulouse-Dax : l’enquête publique sur les aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux reportée


Cadaujac : une réunion tendue au sujet de la LGV Bordeaux-Toulouse


Vianne 18 juin Réunion Publique


Pour ou contre la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax ? « La population doit trancher pour clore ce débat interminable »


"La LGV Bordeaux-Toulouse-Dax, un sondage façon Poutine ?"


LGV en Lot-et-Garonne : « Si tu mets un âne à Toulouse et que tu lui dis d’aller à Paris, il ne passera pas par Bordeaux »


Castelmoron-sur-Lot : « Ici, on paiera la taxe LGV pendant 40 ans ! »


Ligne à grande vitesse Bordeaux-Toulouse : c’est l’Europe qui arbitrera


Lot-et-Garonne : nouveau week-end de mobilisation pour les anti-LGV


Sarabande : convoi du Lot et Garonne contre les LGV du Sud-Ouest


L’artificialisation des sols se poursuit à un niveau élevé en France


Les opposants à la LGV Bordeaux-Espagne revendiquent la pose de 700 panneaux en Gironde et Lot-et-Garonne


La SNCF priée de justifier l'intérêt des aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux
Copyright © 2009 Association Très Grande Vigilance en Albret - Réalisation Bulle Communication.